Pause – Légende (2)

 

L’incendie du local des Crématistes du Rhône était d’origine criminelle et probablement concurrente. En représailles, les crématistes se rendirent dans les rayons de Roc Eclerc, sur lesquels ils jetèrent cinquante pelletées de terre fraîche.
Les croque-morts se ruèrent par réflexe à l’hôpital du coin, armés de seringues d’antibiotiques.

À la fin, pas un seul mort ne fut à déplorer : alors, neuf automnes et neuf hivers durant, tous pleurèrent le temps perdu dans cette affaire. Et ils eurent beaucoup d’enfants.

FIN

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s