3 – sous l’arbre

Sous l’arbre
elle m’avait fait perdre toute forme d’ironie
elle demanda à voix très basse
la permission de ne pas lire mon poème

ok, dis-je
jamais plus je ne changerai d’arbre en papier

et je tremblais, léger, comme une feuille

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s